Carte murale VidalTellement de livres ont pour titre "Géographie de la France" ou "La France". Si nous avons déjà tenté d'expliquer pourquoi une synthèse "Géographie du monde" manque cruellement dans cette page de blog, nous croyons comprendre pourquoi a contrario les synthèses sur la France sont nombreuses. Sur le sujet en effet, la demande institutionnelle est forte (programmes de khâgne, de concours...)

Mais tous ces ouvrages souvent homonymes ont pourtant un contenu fort différent ! Ils reflètent en effet l'état un peu catastrophique de la géographie française qui ne connait plus de méthode ni de grille d'analyse consensuelle, pour lire un territoire. C'était pratique, il y a plus de 50 ans, pour faire de la géographie, de voir 1-le relief de la France 2-le climat 3-la végétation 4-l'agriculture 5-l'industrie 6-les villes et la population 7-typologie régionale. Et c'était pas compliqué ; çà donnait des choses comme la carte murale de VIDAL DE LA BLACHE, ci-dessus. Mais aujourd'hui les territoires ne marchent plus comme çà. Il faut être plus subtil. Mais, malheur de la géographie contemporaine, il y a plusieurs manières d'entrer dans cette subtilité.

             Une vingtaine de synthèses sur la France

Parmi la vingtaine de synthèses, Bibliographie Critique de Géographie en a passé 6 à la loupe, les 6 qui semblent les plus diffusées. Pour cela, nous avons naïvement dessiné un tableau que voici :

comparaison_synth_ses_France

(... tableau qui ne semble pas pouvoir être affiché directement sur cette page. Il faut donc ouvrir la pièce jointe et la dézoomer pour arriver à une vision globale du document)

Nous avons nommé les 28 lignes du tableau selon l'ordre qui nous semble le plus pertinent pour faire de la géographie. On commence donc par la population (la géographie étant une science sociale), puis on s'intéresse aux villes, aux activités, aux milieux, à l'aménagement, avant de passer à une plus petite échelle (ex la France dans le monde) ou à une plus grande échelle (typologie régionale). C'est notre "plan à tiroirs" à nous ! Nous qui préférons garder une grille de lecture plutôt que de prendre la géographie par n'importe quel bout.

Dans ce tableau, nous avons mis des +, des ++, +++ et même deux fois ++++ aux thèmes particulièrement approfondis dans les ouvrages. A condition qu'ils le soient de manière claire, compréhensibles, étayés d'exemples. Lorsque le sujet est abordé de manière superficielle ou peu claire, la case reste vide. Enfin, lorsque le thème est absent ou quasiment, ou qu'il nous semble particulièrement incompréhensible, nous avons mis - .

Notre but n'est pas de faire un classement, puisque les 6 ouvrages ont à peu près le même nombre de + et de - . Mais l'intérêt du tableau est bien d'être lu horizontalement. Et là les enseignements à tirer sont étonnants.

       Les ouvrages décrivent-ils la même chose ?

1-Des thèmes font consensus

...en ce sens qu'ils se retrouvent dans tous les ouvrages. Pour la population d'abord, ce qui est rassurant : la plupart s'accordent à commencer avec ce sujet.

 

tableau pop

 

... concordance aussi pour les villes ...

 

tableau ville

 

Sur le teritaire, très lié aux villes, on s'étonnera que malgré les multiples critiques de la classification primaire - secondaire - tertaire, dite classification de Clark, on continue de l'utiliser. Mais après tout c'est le plus simple ! DAMETTE et SCHEIBLING tentent de passer à autre chose, avec les "fonctions productives", "périproductives", "de reproduction sociale", etc. Mais faute de chiffres précis (l'INSEE ne raisonne pas comme cela), ils ont beaucoup de mal à rendre leurs concepts opératoires. La classification classique primaire - secondaire - tertiaire triomphe donc ! Il est même assez surprenant que le thème le plus identifiable soit l'agriculture ! Au XXIème siècle dans une France essentiellement urbaine, c'est étonnant. L'agriculture, qui occupe 2,4% de la population active en 2011 est plus clairement présentée que le BTP (6,5% de la population active) ou que les transports (4,5% de la population active), ou encore que les zones urbaines sensibles qui sont le cadre de vie de presque 10% de la population.

 

 

tableau indus agric

 

L'aménagement du territoire (qui fait l'objet d'un billet de blog ici) fait aussi consensus.

2-Mais la plupart des thèmes sont souvent négligés

Il faut déplorer que sur 28 thèmes, 18 sont absents d'un tiers au moins des ouvrages. Parmi ces thèmes parfois oubliés ou quasiment, il faut en citer certains qui ne sont pas négligeables ! l'Outre-Mer ; le pays dans ses différentes échelles (typologie régionale, ou à l'inverse rôle de la France en Europe, dans le monde)  ... et ce n'est pas fini : toujours dans la colonne vertébrale de la géographie, les milieux, les réseaux de transport, la logistique, l'économie présentielle apparaissent peu ou pas.

 

thèmes massacrés

Dernier extrait du tableau : le lecteur jugera si les 6 thèmes qui nous semblent les plus négligés sont vraiment anecdotiques ?

SimpsonEnfin, on regrettera la fréquence d'une approche historique qui à nos yeux n'a rien à faire là, poussant parfois jusqu'à la caricature ; souvent emballée dans une "identité". Faut-il vraiment démarrer un manuel de géographie (sous-entendu : actuelle) par l'homme de Cro-Magnon (PITTE) ? Faut-il vraiment convoquer les papes d'Avignon et Jacques Le Goff pour parler de l'aménagement du territoire (cf DAMETTE et SCHEIBLING) ? Dans son Saint Louis, Jacques Le Goff commence-t-il par de longs chapitres qui présentent le territoire du roi en question ? Non pas du tout. Le Goff fait de l'histoire. Géographes, faites de la géographie !

 

    Les synthèses sur la France en donnent donc une image déformée

Un thème qui n'est pas oublié : la ville (ici Saint Herblain, dans la banlieue de Nantes - photo du site Internet de la ville - la sinuosité des 3 rues presque parallèles est passionnante)

St Herblain

 Parmi les thèmes souvent négligés, l'approche par les milieux. C'est un peu comme si cette réalité là (ci-dessous) , ce n'était pas vraiment la géographie de la France.

 

Verdon

 

 

 

 

Ici les gorges du Verdon, telles qu'elles sont présentées sur le site Internet d'un tour opérateur anglais (avec sur la photo "le guide qui vous sera fourni" -sic-   http://www.pottyplace.com)

 

 

 

Les 6 ouvrages de synthèse présentés

 Le tableau comporte une dernière ligne sur les particularités de chaque ouvrage. Nous développons cela pour finir.

DAMETTE SCHEIBLINGDAMETTE, Félix, SCHEIBLING, Jacques, La France, permanences et mutations, Hachette Supérieur, 2011, 3ème édition, 270p.

L'approche se veut résolument nouvelle, avec des concepts nouveaux, parfois fort séduisants et commodes à retenir comme les "axes conformes" et "contraires" du chapitre 1. Les 2 auteurs approfondissent bien la dimension prospective à la fin du livre en posant les grandes questions auxquelles le pays doit répondre. 

 

 

 

Dissertations corrigées

GIRARDOT, Pierre, ARDILLIER, Françoise, La géographie de la France en dissertations corrigées, Ellipses, 2000, 192p.

La méthode des dissertations corrigées est bien pratique pour les étudiants, mais elle rend l'insertion de documents (tableaux, cartes nécessaires) un peu artificielle. 6 thèmes principaux sont très inégalement approfondis, puis les auteurs cèdent un peu à la facilité en écrivant un dernier chapitre "quelques problèmes particuliers" très hétérogène.

 

 

 

ADOUMIEADOUMIE, Vincent, Géographie de la France, Hachette Supérieur, 2011, 286p. Il faut le reconnaitre, le plan de la partie généralités qui occupe l'essentiel de l'ouvrage est assez classique (voir les commentaires généraux tirés de notre tableau de comparaison, plus haut). Mais ADOUMIE est le seul à insister tant sur les particularités régionales, qui occupent un tiers du livre. Son objet est donc aussi une géographie régionale, et c'est bien réussi. Sur la forme l'ouvrage a un plan à 5 niveaux qui ne laisse pas les longs développements d'idées possibles. Les faits, les faits. 

 

 

 

 

Nvel Espace français NOINNOIN, Daniel, Le nouvel espace français, Colin Cursus, 5ème édition, 2009, 250p. On rendra hommage à NOIN pour sa capacité à renouveller son ouvrage, au fil des éditions, grâce à des thèmes nouveaux, correspondant à de grandes questions sociales. Souvent, l'approche se fait surtout par des chiffres. Résultat l'ouvrage est un succès de librairie (universitaire) depuis une ou deux générations maintenant !

 

 

 

 

 

PitteJean-Robert PITTE, La France, Nathan U, 2001, 198p. L'auteur n'hésite pas à insister sur ce qui lui tient à coeur à savoir l'aspect culturel de la géographie. C'est intéressant ; bien complémentaire avec par exemple l'ouvrage de NOIN qui n'approche pas les réalités sous cet angle.

 

 

 

 

 

SMITSSMITS, Florence, Géographie de la France, Hatier Initial, 2007, 248p. Les autres ouvrages ont tous plus de signes ; ce titre doit donc être l'objet de mansuétude puisqu'avec un format poche, Florence SMITS relève un défi difficile. Seuls 5 thèmes sont abordés, et nous avons eu du mal à bien comprendre les différences entre les 2 thèmes les plus abstraits (chapitre 2 "un territoire recomposé : les nouvelles lignes de force" et chapitre 3 "l'adaptation du système économique")