All_indus

Détail d’une carte de l’Altas de l’Allemagne de M DESHAIES (2011)

Dans le catalogue d’une Bibliothèque universitaire moyenne (la BU Saulcy à Metz), les mots clés « Allemagne » et « géographie » donnent 90  résultats. Pour les Etats-Unis, c'est 108, et pour "Allemagne" et "histoire", 1844 ! Même si les causes de cette disproportion ont été évoquées dans de précédents billets de blog (en particulier vis-à-vis de l'histoire), le contraste est saisissant : notre grand voisin est donc un peu méconnu. Tentons de réparer l’erreur.

 

        Des manuels généraux

Ils sont souvent aussi vieillissants que la population allemande. C'est pourquoi on mettra à l'honneur celui qui l’est le moins :

DeshaiesL'Atlas de l’Allemagne, les contrastes d’une puissance en mutation, (80p) de Michel DESHAIES aux éditions Autrement  date de 2011. Exclusivement avec des cartes commentées, comme toujours aux éditions Autrement, l’auteur décrit de manière classique le territoire et le peuplement (en fait : comme toujours pour les études régionales des éditions Autrement), avant de voir la société marquée par le vieillissement (voir plus bas les villes "rétrécissantes"). Par contraste, donc, la suite du livre montre que  l’appareil productif fait lui preuvre d’un renouvellement très vigoureux. Ensuite sont abordées les villes, le rapport à l’environnement si particulier des Allemands et enfin leurs relations internationales. C’est certain, en 80 p et sans images on découvre bien, on fixe des réalités générales, mais on a besoin d'en savoir plus : c’est pourquoi d’autres ouvrages généraux sont utiles

 

En 2009, Boris GRESILLON publiait 2 références qui comptent :

Doc_photo_Gresillon_

"L'Allemagne, 20 ans après", Documentation photographique

Et l’article « Allemagne » dans Images Economiques du Monde (même si c'est quasiment chaque année que les articles "Allemagne" des Images Economiques du Monde sont très intéressants)

On y apprendra notamment que :

- il n’y a pas de « miracle économique » à l'Est ,mais pas de mezzogiorno non-plus car pas de mafia (« mezzogiorno sans mafia » était l’expression de H. Kohl) ni de système d'assistanat. Le renouveau de l'Est se fait dans les villes, essentiellement par des investissements venant de l’ex-RFA (car après tout pourquoi ne pas dire « ex RFA » ? ) : BMW à Leipzig, VW à Dresde, Opel à Eisnach, "silicon valley" saxone près de Dresde, renouveau de l'optique autour d'Iena, Berlin. A contrario, les régions qui restent le plus en difficulté sont au Nord. Résultat, les taux de chômage des Lander vont de 4% (Bavière, Bade-W) à 16% (Mecklembourg-Poméranie)

- le problème démographique ne se pose pas seulement à l'Est, il touche tout le pays

- l'Aufbau Ost (reconstruction de l'Est) n’est pas terminée pour autant, elle se poursuit sous forme du 2ème "pacte de solidarité" 2005-2020, doté de 160 milliards  € ! un chiffre qui ferait rêver nouveaux pays de l’Union euorpéenne à l’Est.

- Il y a quelques clichés à bannir au sujet de la puissance économique. Certes le pays rivalise avec la Chine pour le 1er rang des pays exportateurs. Mais seuls 20% de leurs exportations sont libellées en dollar. La pauvreté y est forte, elle est même bien visible à Berlin et dans les villes de l'Est

 

Signalons que plus bas, dans les thèmes figurent les ouvrages généraux de MANGIN et de BOYER car chacun présente bien un thème.

 

 

 

514OJ4ruKGL

CARROUE, Laurent, OTH, Valère, Atlas commenté. L’Allemagne en cartes. Ce livre de format long est un peu vieux (1997) mais permet de bien comprendre les contrastes du territoire.

 

 

REITEL_

REITEL, François, L’Allemagne, espaces, économie, société, Nathan, 1995 (manuel université). Cette synthèse a le mérite d'être un peu plus fouillée que les précédentes. Mais c'est maintenant un livre peu vieilli, d'autant plus qu'il s'apparentait déjà à une mise à jour par l'auteur d'un manuel qu'il rééditait depuis 20 ans !

 

 

 

 

     THEMES

kiefer_gr     Géographie physique

Cette fois, "Bibliographie critique de géographie" ne vous impose même pas de manuel général de géographie physique. Au lieu de cela, on ne vous montrera que ce pin sylvestre, parce qu'il est partout en Allemagne (socle hercynicien, sols acides etc : vous avez appris ça en 1ère année d'études supérieures). Celui-ci est dans son environnement de sol sableux et humide de la plaine germano-polonaise (la région de Berlin, donc). En Allemand, on l’appelle Kiefer, et plein d’Allemands s’appellent aussi comme ça.

 

          Bilans de la réunification

Dans la géographie francophone, il faut en finir avec l'interminable « bilan de la réunification ». Comme point final il y a cet article fort bien réalisé de Géoconfluences, où l’on découvrira que le clivage intial de richesse (inégalités régionales) et de sévère perte démographique des Lander de l’est est maintenant dépassé. Mais dépassé ne veut pas dire qu'il n'y a plus de différences.

 

Garde_enfants

En effet, sur cette carte que l'auteur Antoine LAPORTE a tiré du portail statistique de l'Etat fédéral, on reconnait clairement les nouveaux Lander. Ici, ils sont en marron car ils ont un taux de garde d'enfants 2 à 4 fois plus fort que dans d'autres régions d'Allemagne ! Mais désormais, il s'agit d'un choix et non plus d'un héritage. Après des années d’incertitude, les Lander de l’Est osent revenir à ce qu’ils estimaient être, d'une certaine manière, leurs avantages comparatifs (ici le dense réseau de crêches, une politique familiale très ambitieuse).

 

        Géographie politique

Au plan politique, on pourra se référer au livre collectif Espaces de pouvoir, espaces d’autonomie en Allemagne, Presses Universitaires du Septentrion, 2010, 260p. Il y a à boire à manger dans ce livre. Des articles d’histoire, mais à partir de la p 179 cela devient très pertinent, avec de rapides éclaircissements sur des sujets comme l’extrème droite dans les nouveaux Lander (p 197 sq),  une comparaison de la politique de la ville en France et en Allemagne, les perspectives du fédéralisme allemand, son évolution dans le cadre européen.

 

      La culture écologique et sociale

C’est dans un ouvrage général que nous trouvons les explications les plus accessibles sur le sujet

 

Mangin

Nous avons en effet été sensibles à l’ouvrage de MANGIN, Claude, L’Allemagne, Belin, Memento géographie, 2006 (l'image est la couverture d'une édition précédente). En effet, une fois les généralités mises de côté, il met en évidence des réalités qui peuvent paraitre anecdotiques mais qui ont un rôle culturel essentiel pour l’organisation de l’espace et des paysages. Par exemple, la reconversion de la Ruhr, qualifiée d’« exemplaire », ou les espaces du nord stimulés par la mer, Hambourg en tête. Le territoire est présenté aussi comme un laboratoire de nouveaux modes de développements alternatifs : le bio, l’avance dans les domaine des éoliennes, ou le grand nombre de lieux alternatifs dans la tradition libérale de l’Europe du nord. En effet, on a par exemple du mal, de notre côté du Rhin, à comprendre qu'en Allemagne l'écologie est autant vantée par la droite que par la gauche. C’est une énigme qu’on comprend progressivement. Le livre de C. MANGIN ouvre des pistes sur ces sujets.

 

Freiburg

 

Un des parkings à vélo de la gare de Fribourg-en-Brisgau. Si la plupart des actions de développement durable relèvent, comme nous le regrettions ici, du greenwashing, dans la ville de Fribourg on semble prendre la question de la durabilité au sérieux. Pour en savoir plus sur cette ville que Bibliographie Critique de Géographie trouve exceptionnelle, voir la fiche wikipedia sur son quartier Vauban.

 

Quand on dit "culture" on pense langue, littérature et gastronomie : certes. Mais la rencontre avec les Allemands (et les Allemandes) au quotidien fait découvrir au géographe des petits détails typiques. Cette "typicité" dont parlait déjà le géographe Pierre DESFONTAINES avant guerre n'est pas visible du premier abord mais elle a apparait dans les multiples détails de l'ordinaire.  Parmi eux, une réalité anodine mais qui fait une telle différence entre France et Allemagne, la culture de la location : 

 

WohnungsgenossenschaftUne agence immobilière ?  Presque, car en fait il s'agit du bureau d'une coopérative de logement. Ici dans la petite ville de Calau près de la frontière polonaise. Malgré la croissance économique de l'Allemagne, les loyers y sont bien moins chers qu'en France grâce à ce genre d'"habitat d'utilité publique" soutenu par la loi fédérale. 

 

 

AbfallEncore une preuve de la culture écologique du pays, le tri sélectif est très poussé (avec l'Autriche et la Suisse). Peut-on y voir une réminiscence du sens protestant de la responsabilité ? peut-être, toujours est-il que l'on s'approche de l'idéal de "l'économie circulaire", avec des distinctions entre PET (la bouteille en plastique) et le polyéthylène (le bouchon) ; entre le verre blanc et le verre foncé (et gare à vous si vous vous trompez, même le voisin que vous ne connaissez pas va vous tomber dessus). Ce schéma de tri de la ville de Mayence est donc en réalité plus simplifié que ce que la réalité du tri sélectif.

   

Démographie

 

Avec la "réunification", la démographie est un autre thème qu'on trouve partout, tellement la faiblesse de la fécondité, depuis longtemps, est une particularité du pays. Comme par exemple dans ce numéro du Dessous des Cartes de 2013 (même si l'approche est encore une fois un peu beaucoup historique)

 

Le dessous des cartes - Démographie allemande - 16 mars 2013

 

 

villes_r_tr_cissantes

 

 

Les géographes allemands ont presque inventé un nouveau secteur de la géographie, l'étude des "Schrumpfende Städte" (villes qui rétrécissent). Ici, une carte de l'atlas de Michel DESHAIES montre à quel point le phénomène est répendu, puisque toutes les villes y figurant se réduisent.

 

 

      

 

 

 

 

Economie : Mittelstand et « système rhénan »

 

BoyerBOYER, Jean-Claude, Géographie humaine de l’Allemagne, Colin, U, 2000 (2ème édition). On peut être dérouté par le fait que malgré le titre, la 1ère illustration du développement de ce livre est une carte géologique (p 6). On garde cette impression pour la suite du livre dont nous n’avons pas réussi à saisir le fil conducteur : des chapitres économiques sur l’industrie et le tertiaire, un autre sur les villes, un autre sur l’identité allemande (où l’on trouve la carte géologique), un autre sur la réunification… certes, à presque 30 ans de la réunification, celle-ci a disparu du champ de la géogrpahie pour entrer dans celui de l’histoire, mais lors de la rédaction de ce livre, c’était encore tout frais. Mais si ce manuel est classé dans les thèmes, c'est que le chapitre 3 sur le modèle rhénan d’organisation économique et sociale est très efficace. Il investit bien le concept de « capitalisme rhénan » de Michel ALBERT (1991), essentiel pour comprendre l’Allemagne actuelle (bien qu’il adopte une progression historique, et nous avons déjà dit ici qu’on en avait marre de l’histoire en géographie)

 

 

MittelstandSur le dynamisme de l’economie allemande, un petit rapport en dit bien plus que bien des traités d’économie. KOHLER Dorothée et WEISZ Jean-Daniel on écrit pour le fonds stratégique pour l’investissement en 2012 Pour un nouveau regard sur la Mittelstand. Il s’agit des fameuses entreprises familiales allemandes de taille moyenne. Pour les auteurs, « il y a en allemagne (1ère référence territoriale) un cercle vertueux où les Mittelstand, soutenues par un écosystème local (2ème référence territoriale), maitrisent parfaitement (exagération) un segment de marché à l’échelle internationale (3ème référence territoriale)". On connait tous BMW. On connait tous Aldi et Metro. Volkswagen, Siemens, mais connait-on MAN, les camions dont le nom veut dire « Machinfabrik Augsburg-Nuremberg » ? PERI qui fabrique des étais et des coffrages ? Herrenknecht leader mondial des tunneliers et des engins de forage ? OHB qui a obtenu le marché de fabrication des satellites Galiléo et qui veut « rester petit pour concurrencer les grands » ?

 

Duval

 Il y a en France un courant de critique du modèle allemand. Sans convoquer ici MELENCHON, on trouvera l'essentiel des objections dans le livre de l’économiste Guillaume DUVAL Made in Germany.  C’est un livre qui mérite d’être lu d’abord parce que ses arguments sont valables. La principale critique est le fait que la pauvreté est aussi forte en Allemagne qu'en France ! A ceci près qu'elle est monis visible dans l'espace public (quoique... dans certaines villes du Brandebourg ou à Berlin, elle se voit bien). Mais helas, il manque à Guillaume DUVAL un sens géographique qui lui aurait fait localiser ses références : il manque au moins une carte dans ce livre punaise ! 

 

 

 

   Les campagnes

 

Campagnes

 

LAQUEMENT, Guillaume, BORN, Karl-Martin, VON HIRSCHSHAUSEN, Béatrice, Réinventer les campagnes en Allemagne, 2012.

 

 

 

     

   Les villes

Ah qu’il était bien ce programme de géographie de 1ère où il fallait comparer les réseaux urbains français et allemands ! Dommage que 9 professeurs sur 10 en charge de l’enseigner n’en saisissait pas l’essentiel.

ingolstadt

Il faut dire qu'en France, les géographes sont tellement matraqués par le big is beautiful, avec Paris et Londres comme seuls exemples, que les villes de moins d'un million d'habitants ne les intéressent presque pas. Bien mal connue est donc, par exemple, la ville d'Ingolstadt (120 000 habitants, Nord de la Bavière) qui compte les sièges sociaux de Audi et des magasins Saturn. On trouvera bien sûr la présentation du système polycentrique de l'Allemagne dans chacun des manuels généraux cités plus haut.

Pour la mise en contexte à l'échelle de l'Europe, on pourra lire Le Système des Villes Européennes de PUMAIN, Denise et CATTAN, Nadine, ROSENBLAT, Céline, de SAINT-JULIEN, Thérèse (Anthropos, 1999, 204 p). Mais l'explication du système urbain -et en fait du système territorial- allemand nous parait un peu limité.

 

Berlin

 

 

S'il faut retenir une seule monogrpahie, citons la publication de thèse de Boris GRESILLON en 2002 (370 p)

 

 

 

   

        Tourisme

 

51dZpi7HZPL

Sauf erreur de notre part, à peu près rien, en Français, sur les spécificités du tourisme en Allemagne. Le cas du tourisme vert (ci-contre) est pourtant assez marquant pour qui s'y aventure. Pourtant le phénomène s'amplifie, et en particulier avec le cas de Berlin, le pays entre dans une sorte de normalité par rapport aux autres grands pays européens.

 

A droite : le château de Neuschwanstein en Bavière.

Neuschwanstein

Il a inspiré le château de la Belle au Bois Dormant de Disneyland. C'est peut-être un détail pour les géographes, mais pour les gens moyens, ça veut dire beuacoup. Du coup, il attire presque autant de touristes. Ici le château pose derrière sa Belle au Bois Dormant (alias la citoyenne indonésienne Aggia Angela, de passage ici en 2016). Comme Disney, Louis II de Bavière a investi plein d’argent pour le construire mais avec un retour sur investissement disons… plus lent (Louis II est destitué à cause de ce genre de dépenses) A l’arrière plan, le piedmont bavarois avec son paysage de pairires si typique.