20180420_130431

Trop petite pour qu'on y pense aussi souvent que l'Allemagne, mais trop grande pour qu'on la considère seulement comme un paradis fiscal. Trop riche pour qu'on y aille souvent en vacances, mais trop discrète pour occuper le devant des médias et des grands films. Elle ne fait pas partie de l'Union européenne, pourtant elle est juste au milieu et abrite bien des organismes mondiaux. Une population trop sûre d'elle pour qu'un étranger s'y sente chez lui, mais une démocratie plus poussée que presque nulle part. La Suisse mérite d'être mieux connue ! C'est ce que nous tentons de faire malgré une grande faiblesse qu'il faut avouer : Bibliographie Critique de Géographie, qui traite essentiellement des géographies francophones ne parle pas allemand, notre approche est donc forcément un peu biaisée...

I   La Suisse : ah le beau pays !

Abreuvez-vous d'abord de clichés, par exemple en entrant en Suisse par une recherche Internet, et laissez vous guider par les pages de Suisse Tourisme . Le pays s'y présente d'abord comme :

- montagnard (même si le toit de l'Europe n'y est pas, on vous dira rapidement que la Suisse compte plus de la moitié des sommets de plus de 4000m européens),

- rural (alors que la densité est de 202 habitants/km2 !),

- sûr (le cadre juridique est aussi solide que le cadre physique),

- proche de la nature, le pays étant le seul du monde à compter 11 villages réputés sans voiture (capture d'écran)

SANS VOITURE

- et accueillant (ça dépend pour qui...)

Qu'en est-il vraiment ?

GARCONGARCON (François, le français) présente régulièrement la Suisse heureuse, au fil de ses petits livres. Il a des arguments : le niveau de richesse, l'espérance de vie, la qualité de la démocratie... Avec une petite tendance à enjoliver la situation. Par exemple son avant dernier livre intitulé La Suisse, pays le plus heureux du monde (Tallandier, 288p, 2015) pourrait faire croire, avant lecture détaillée, que le pays est à la tête du classement annuel qu'on trouve dans le World Happiness Report (Université de Colombia- ONU)... or le pays n'est "que" 4ème. Dans l'ouvrage, l'auteur évoque aussi les difficultés et les remises en cause de ce que lui-même définit le "Modèle Suisse" dans un autre livre (352p, Tempus Perrin, 1ère édition 2008). Uli WINDISCH a lui aussi écrit un livre du même nom, en une centaine de pages (traduction 2016, chez OUE, 88p). Dans les 2 cas il s'agit de présenter comment fonctionne la démocratie suisse, emboitée dans l'exercice d'une souveraineté neutre mais qui cherche à pousser au maximum son pouvoir d'influence... on a ici du  mal à utiliser le mot de softpower... pourtant il s'agit bien de cela.

Rolex Learning Center Lausanne

Ci-dessus, le "Rolex learning center" de Lausanne. Tout est dans l'image : la firme industrielle d'excellence (Rolex), le haut niveau de la recherche qui soutient le pays, le rôle de la ville moyenne (Lausanne, même en lui collant sa lointaine banlieue ne dépasse pas les 450 000 habitants...), et jusqu'à la tranche de fromage (le bâtiment ressemble volontairement à une tranche de Gruyère... ou plutôt d'Emmental). 

La formation est de grande qualité, elle est en lien direct avec l'intensité de la démocratie suisse.

FORMATION Garçon

Le petit livre de GARCON promeut  le système de formation suisse au rang de modèle (2016). A lire sans oublier le contexte social du pays, qui a les moyens de l'excellence grâce à une économie en pleine forme. 

 

ECO SUISSE

Economie suisse est un petit livre (27X16cm) peu épais (112p) qui est plus une initiation pour les lycéens qu'un ouvrage approfondi. Encore moins un livre de réflexion. Les auteurs sont JOST, Cyril et KUCHOLL, Vincent (2017). Les illustrations sont de Philippe Becquelin, dit Mix&Remix... comme tous les livres de la collection LEP/comprendre (qui a aussi édité une mini Géographie de la Suisse écrite par Joël CHETELAT, une Image de la Suisse... tous intéressants mais limités)

 

ECO SUISSE QSJ

A peine plus fouillé, le "Que Sais-Je" sur le sujet est écrit par SCHOENENBERGER, Alain, et SARIN-NEZADAN, Milad. Il date de 2005 (128p)

Pour la mise à jour des informations, des chiffres, on se rendra sur les sites Internet dédiés, comme celui de l'Office Fédéral de la Statistique (BFS), très accessible.

Sans surprise, ces lectures confirment l'idée que la Suisse est un des pays qui s’insère le mieux dans l’économie mondiale : c’est le pays qui compte le plus de multinationales par habitant (pour mémoire  = Nestlé, Swatch, laboratoires Roche, Novartis, Schindler, UBS, Credit Suisse... faut-il continuer la liste pour s'en convaincre ?). Il ne faut pas expliquer seulement le niveau de richesse de la Suisse par les activités financières, dont on parle tant (voir plus bas). Elles n’ont jamais dépassé 12,5% du PIB ! Il y a aussi le luxe, le négoce des matières premières et le courtage maritime (1er rang mondial, pour un pays enclavé c’est un comble !).

 

BARTSCHI

BARTSCHI, Hens-Peter, La Suisse industrielle du XVIème au XXIème siècle. Construction et déconstruction, 2011. Cet ouvrage très difficile à trouver est un des rares qui traite spécifiquement de l'industrie en Suisse. La réalité de l'industrie suisse, c'est un grand succès commercial : l'excédent est très important, tellement que le pays est clairement dépendant de ses exportations pour le maintien de son niveau de vie. La moitié des exportations se fait en Europe, et 40% en Asie, particulièrement friante de montres de luxe.

S'il est un champ dans lequel l'édition produit d'innombrables "beaux livres" montrant de beaux paysages de montagne (très stéréotypés, en fait), c'est bien la Suisse. Pour des repères plus précis sur les formes du paysage, on peut se référer à

GEOL

 LABBART, Toni, 1997, Géologie de la Suisse, Delachaux et Niestle, 211p, 1997

Quelle frustration cependant, que de ne pas avoir beaucoup d'écrits sur le développement durable en Suisse. On connait le pays pour son fort penchant pour le commerce équitable, les produits locaux (dont la consommation n'est pas uniquement motivée par l'intérêt écologique...), les énergies renouvelables. Souvenons nous que ce pays interdit aux camions de passer s'ils ne sont pas sur des trains. Difficile sur ce territoire, de voir des papiers par terre, des herbes folles en bordure des propriétés, difficile d'y comprendre quelque chose aux poubelles tant elles sont nombreuses (la verte, la jaune, la poubelle à verre vert, à verre blanc, à plastique ordinaire qu'il ne faut pas mélanger aux plastiques PET...). Voilà un pays qui a largement atteint ses objectifs chiffrés de développement durable (en rejets de gaz carbonniques notamment). Bref, le rapport des Suisses à la nature, qui est d'abord un rapport de citoyens-soldats-très-investis-dans-la-vie-publique à leur territoire, est très étroit.

L'armée, justement, est dans l'épine dorsale du territoire et des Suisses eux-mêmes. Le citoyen doit faire son service militaire, il a son arme chez lui, le pays est percé de forteresses souterraines un peu partout. A la neutralité correspond une doctrine de défense très partagée. Et ni la fin de la guerre froide, ni l'entrée dans le IIIème millénaire ne remet cela en cause. En 2013 l'initiative de votation citoyenne "fin de l'armée obligatoire" est rejetée à 73% ! Le débat organisé à l'occasion par la Radio Télévision Suisse (RTS) montre bien les différentes positions théoriques. Finalement, quand l'armée est en débat c'est toute la culture nationale qui se révèle.

L' Armée Suisse citoyenne

20180420_130417

Il y aurait tant de choses à dire de la géographie culturelle de la Suisse ! Pour rester dans l'admiration, on lira avec intérêt le Dictionnaire amoureux de la Suisse de Metin ARDITI (Plon, 624p, 2017). Bien qu'écrit par un littéraire, les entrées sont souvent géographiques. On y découvrira avec intérêt...

20180420_130244

 

... la place du cor des Alpes,

 

20180420_130358 (3)

 

... l'étonnante patrouille des glaciers... et mille autres curiosités.  

D'une vallée à l'autre, la particularité culturelle est la règle de ce qui est politiquement, une Confédération. La géographie linguistique ?  vue par l'humoriste Marie-Thérèse Porchet, elle est plutôt complexe ! (Joseph Gorgoni, 2007)

Geographieunterricht - Leçon de Géographie - Marie-Thérèse Porchet (Untertitlen auf Deutsch)

 

      II   Comment un tel pays peut-il fonctionner ?

... la problématique suisse, est énoncée plus sérieusement par le regretté Jean-Christophe VICTOR, dans un dessous des cartes de 2014 :

La Suisse, un ilôt en Europe

Au regard de la très forte diversité culturelle, on peut se demander comment la Confédération, dont les 26 cantons sont autonomes, fonctionne en paix.

L'idée de "formule magique" caricature un peu le système politique du pays. Mais elle a le mérite d'être efficace.

 

Form magique

BURGOS, Elie, MAZZOLENI, Oscar, et RAYNER, Hervé, La formule magique. Conflits et consensus dans l’élection du Conseil fédéral, Le Savoir Suisse, 138p, 2011. Vu d'un esprit français (centralisateur), la Suisse est "pire" que l'Allemagne, tous les partis sont associés au consensus de gouvernement. Rester dans l’opposition ne se fait pas trop.  

QI

 

Le n°87 de Questions Internationales (septembre-octobre 2017) problématise bien les grands aspects du pays. Dans ce numéro, les disgressions historiques sont peu nombreuses, on entre donc facilement dans le sujet, par les questions classiques : la place financière, le positionnement politique international, mais aussi, moins souvent traité, la dynamique d'immigration qui transforme peu à peu (mais vraiment peu à peu, pas trop vite, "il n'y a pas le feu au lac") l'identité nationale... ou plutôt "les identités" nationales... Les questionnements typiquement français sur le pourquoi de la Suisse qui n’entre pas dans l’Union européenne est bien long. Faut-il le préciser, mais pour l'opinion suisse, et surtout depuis une dizaine d'années, la question est "pliée"

Point noir ou blanc ? (1/2) Les étrangers en Suisse.

Avec presque 30% d'immigrés, le pays est bien plus acceuillant que ses voisins qui se voient pourtant comme les champions de l'ouverture. Précision : étrangers et immigrés sont bien intégrés certes, mais très selectionnés. L'épisode de l'interdiction des minarets (2015) révèle une certaine conception de l'intégration. En 1974 le gouvernement fédéral demande explicitement aux entreprises de licencier d’abord les étrangers ! Il y a un accord de libre circulation avec l’Union européenne depuis 2007, mais les Bulgares et les Roumains ne peuvent en bénéficier qu’en 2019 ! Pas question pour les étrangers extra-européens d'entrer sans une fortune ou des diplômes très élevés

Point noir ou blanc ? (2/2) La place de la Suisse dans le système international

GARDES VATIC

Au Vatican, les gardes sont vraiment suisses, ils forment vraiment une (petite) armée, ils sont vraiment là depuis des centaines d'années. Et si au plan politique et financier, la Suisse jouait un peu le même rôle de gardienne qu'au Vatican, elle joue le rôle de gardienne religieuse ? 

Malgré sa petite taille (8,3 millions d'habitants "seulement"), le pays compte énormément dans le monde. Voilà un pays qui acceuille les sièges du Bureau International du Travail, de l'UNHCR, du Comité International Olympique, de la FIFA, qui accueille le forum mondial des décideurs économiques à Davos... 

Mais curieusement, son insertion dans le système international se fait sans intégration dans l'organisation régionale (Union européenne), et sans coopération bancaire (pour le moment). Sur le secret bancaire, le livre Jean ZIEGLER (qui était jeune à l’époque) Une Suisse au dessus de tout soupçon, 1976, lève quelques tabous.

 

ZIEGLER

Mais c'est surtout l'administration des Etats-Unis, qui en forçant la Suisse à fournir des informations fiscales sur ses ressortissants vers 2010, force la Suisse à lever -un peu- le voile. Officiellement, le secret bancaire est  levé définitivement en 2018 par le fameux "échange automatique de données", mais... Seulement pour les grosses sommes (de plus de 300 000 francs suisses par an, ce qui est énorme). Il n'y a pas non plus d’échange automatique avec les pays pauvres (qui ne garantissent pas un appareil judiciaire fiable). Voilà 2 outils qui permettront aux banques suisses de garder les 6000 milliards € déposés, soit 25% des fortunes mondiales transfrontalières.

Alors malgré les paradoxes, bienvenue en Suisse !   

BIENVENUE EN SUISSE - Bande-annonce VF